Image Alt

NOA Guides

La rivière sacrée des gaulois, traverse les époques

De quelle rivière s’agit il ?

La source de la Saine alimentée par un bassin versant de 196 Km2 et un lac souterrain se situe au cœur du Parc Naturel Régional du Haut-Jura (PNRHJ), à une altitude de 1070m.

La Sène, comme l’appelait les anciens, surgit d’un impressionnant puits situé dans le village de Foncine-le-Haut (Jura).

Cette rivière emblématique située au nord du Haut Jura traverse les villages de Foncine-le-Haut, Foncine-le-Bas, et Les Planches-en-Montagne avant de se jeter dans l’Ain à Syam (521m d’altitude).
La haute vallée de la Saine est reconnue comme site classé par le Parc Naturel du Haut Jura depuis 2011, elle offre des paysages reconnus comme des plus spectaculaires du PNRHJ.
Elle sillonne sur les 19 km qui la constituent, les spectaculaires canyons de Malvaux, les cascades de la Langouette et d’autres gorges profondes.

Un territoire au fil de l’eau.

Il ne fait aucun doute que la Saine a joué un rôle essentiel en permettant à l’homme de s’implanter sur les terres haut jurassiennes depuis fort longtemps.

La source était déjà répertoriée au temps des gaulois comme lieux druidique, tout comme le hameau de la Chevry situé en bord de rivière, quelques 2 km en aval.

Jusqu’à la Révolution Française (1789), la rivière faisait partie du territoire du Grandvaux, qui était sous le contrôle de la puissante Abbaye de Saint Claude. Il a fallut attendre environ, l’an 1800 pour que les communes soient définies et que les terres du bord de rivière soient redistribuées aux riverains.

Seule source d’énergie à cette époque, la force de l’eau fût exploitée depuis le début de l’histoire locale.

En 1550, les 2 villages de Foncine comptaient à eux seuls environ 27 roues de moulins réparties sur seulement quelques km de rivière.
Aujourd’hui, les ruines attestent du dynamisme passé de cette région, de nombreux moulins permettaient d’actionner scierie, moulins à grain, tanneries, clouteries, lunetterie et bien d’autres activités artisanales.

Dans des temps anciens, la route la plus sûre pour rejoindre Genève à Besançon empruntait Foncine-le-Bas.
Plus tard les gorges de la Saine jouèrent un rôle majeur pour désenclaver le territoire, elles furent aménagées pour accueillir, fin 1800, le « Taco », un petit train à vapeur, puis dans les années 1930, le tram électrique. Cette histoire prend fin dans les années1950, il ne reste aujourd’hui que quelques traces dont le parking de la gare, les tunnels et viaducs construits à cette époque.

Le cours d’eau reste de bonne qualité, il est classé de première catégorie et reste très prisé des pêcheurs pour ses truites communes qui se dissimulent au fond des multiples trous d’eau.
La source étant pérenne, les berges permettent évidemment au bétail de la vallée de s’abreuver en toute saison.

Depuis quand les eaux de la Saine seraient elles sacrées ?

La Saine était déjà répertoriée à l’époque de Vercingétorix (aux environ de l’an 50 av J.C.), son nom serait issue de SAWK (sacrée) et ENN (Rivière).

Nous noterons qu’au temps des gaulois, Foncine-le-Haut où se situe la source se nommait « Fons Sene » ce qui signifie « Source sainte ».

De nombreux lieux druidiques sont répertoriés aux alentours de la Saine.

Les années 1990, le creux de la vague ?

Les villages traversés par cette rivière ont soufferts de l’exode rural qui s’est malheureusement accentué sur tout le Haut Jura après la crise économique et industrielle de 1928. En effet, Foncine-le-Bas a compté jusqu’à 650 habitants début 1800 pour n’en compter plus que 175 en 1990.

La rivière sacrée n’a pas dit son dernier mot.

L’attractivité de la rivière renaît depuis la fin des années 1990, les villages de Foncine et des Planches-en-Montagne accueillent de plus en plus de sportifs à la recherche de sensations fortes dans un cadre naturel préservé.
Le site de renommée internationale attire les passionnés de sports de nature qui viennent des quatre coins de l’Europe pour pratiquer le canyoning mais aussi la randonnée ou le VTT le long de la Saine.
Particulièrement ludiques, le canyon de Malvaux à Foncine-le-Bas et les gorges et cascades de la Langouette aux Planches-en-Montagne, la voie du Tram reliant Champagnole en empruntant les gorges font partie des joyaux du Jura.

Ces activités « sacrément » rafraîchissantes pratiquées sur la Saine pourraient bien avoir un nouveau rôle à jouer pour redynamiser les villages riverains !

Sources :

http://foncinelebas.free.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Foncine-le-Bas

http://www.jura-foncine.com/foncine/patrimoine-artisanal/

https://laforgefoncine.com/les-origines

https://racinescomtoises.net/index?/category/598-histoire_de_foncine_le_bas_39

https://www.moulinsdujura.fr/

https://www.peche-jura.com/aappma-foncine-le-bas-la-sainette.html

 

Contact rapide

Vous avez un besoin ou une question ?
Vous pouvez nous contacter par mail ou téléphone.




    Bureau : 06 51 26 07 70

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.